Sous-Officier de Gendarmerie – Le Concours

Sous officier de Gendarmerie

Fonction Publique d'Etat

Se préparer au concours de sous-officier de gendarmerie

Pour intégrer la gendarmerie et accéder à toutes les spécialisations possibles, la voie la plus simple est de passer le concours de sous-officier de gendarmerie. Ensuite, après avoir réussi votre examen, vous suivrez une formation sur 12 mois et devrez vous engager à servir l’État pendant une durée de 6 ans, au minimum. Mais quelles sont les épreuves du concours et qui peut s’y présenter ? Voyons cela tout de suite.

  • Les épreuves du concours de sous-officier de gendarmerie

Comme pour la plupart des concours de la fonction publique, vous retrouverez deux épreuves : l’épreuve d’admissibilité et l’épreuve d’admission.

L’épreuve d’admissibilité

Cette épreuve ne contient qu’un seul exercice. Mais la note obtenue compte au coefficient 7 dans votre note finale, il est donc indispensable de bien vous y préparer. Il s’agit d’une épreuve de composition de culture générale. Vous aurez trois heures pour rédiger un devoir sur un sujet d’ordre général, sans documentation à l’appui. L’objectif de cet exercice est d’évaluer votre culture générale, vos capacités d’expression et de compréhension. Aussi, il va permettre à votre évaluateur de juger votre capacité à argumenter et votre maîtrise de la langue française.

L’épreuve d’admission

Cette fois, l’épreuve se déroule en plusieurs exercices. Elle commence par une évaluation de vos aptitudes professionnelles. Vous n’êtes pas noté pour cet exercice, le but étant simplement d’évaluer votre potentiel intellectuel, votre capacité à raisonner et à vous adapter à une situation.

La seconde étape est la participation à deux inventaires de personnalité suivi d’un entretien avec un ou plusieurs psychologues. Cette fois aussi, aucune note ne vous sera donnée. L’objectif est de vérifier que vous possédez toutes les capacités mentales indispensables à l’exercice de ce métier.

Ensuite, vous participerez à un entretien oral avec le jury (coefficient 7). Il durera 30 minutes en tout : 10 minutes de préparation pour vous et 20 minutes d’entretien. Vous converserez sur un sujet d’ordre général qui sera certainement en lien avec les questions d’actualités. L’objectif de cette épreuve est d’évaluer votre motivation, vos capacités d’expression, votre culture générale et vos capacités de raisonnement.

Enfin, vous terminerez ce concours de sous-officier de gendarmerie par une épreuve physique (coefficient 3). Il s’agit d’un parcours d’obstacles destiné à vous évaluer sur les épreuves physiques que vous pourriez rencontrer lors d’interventions.

  • Les prérequis pour s’inscrire au concours de sous-officier de gendarmerie

Pour passer le concours de sous-officier de gendarmerie, il est évident qu’il faut avant tout être apte physiquement. Vous devez également être de nationalité française ou ressortissant d’un pays membre de l’Union Européenne. Vous devez jouir de vos droits civiques et être en règle vis-à-vis du code du service national. Il est aussi impératif que votre casier judiciaire ne comporte aucune mention incompatible avec l’exercice des fonctions de gendarme. L’âge est également un critère important pour ce concours. Il faut que vous ayez entre 18 et 35 ans pour vous y inscrire. D’ailleurs, sachez que vous ne pouvez pas vous y présenter plus de trois fois. Enfin, vous devez justifier d’un diplôme de niveau baccalauréat (ou au minimum un diplôme de niveau IV).

Vous l’aurez certainement remarqué, ce concours n’est pas simple. Il est du même niveau que les concours de catégorie B. Afin de le réussir, vous devez donc obligatoirement vous y préparer.

Surveillant pénitentiaire – Le Concours

Surveillant pénitentiaire

Fonction Publique d'Etat

Découvrir le concours de surveillant pénitentiaire

Pour devenir gardien de prison, vous devez passer le concours de surveillant pénitentiaire. Organisé par le ministère de la Justice, ce concours nécessite une bonne préparation autant physique qu’intellectuelle. Voyons ensemble en quoi consistent les épreuves.

  • Les épreuves du concours de surveillant pénitentiaire

Une fois de plus, ce concours se divise en deux parties : l’épreuve d’admissibilité et l’épreuve d’admission.

L’épreuve d’admissibilité

Cette première épreuve du concours de surveillant pénitentiaire comporte trois exercices. Le premier est un QCM qui portera sur l’évolution historique de la France et de l’Europe, les institutions de la Vème République, la géographie de la France et de l’Europe ainsi que l’actualité. Le second exercice est un ensemble de questions, auquel vous devrez répondre. Cette fois, l’objectif sera de déterminer vos capacités d’analyse, de compréhension et d’observation. Enfin, le dernier exercice sera de rédiger un compte-rendu d’incident à partir de documents donnés. Le but de cette épreuve est de vérifier votre maîtrise du français ainsi que votre capacité à synthétiser les informations.

Attention, cette épreuve dure 3 heures. La note compte pour un coefficient 3 dans votre résultat final et si vous obtenez un score inférieur à 5/20, vous serez éliminé.

L’épreuve d’admission

Avant le début de cette épreuve, vous assisterez à une présentation collective de 30 min du métier de surveillant et de l’administration pénitentiaire. Ensuite, votre première épreuve sera un entretien oral avec le jury. L’objectif est d’évaluer votre aptitude à exercer les fonctions d’un surveillant pénitentiaire. Cette première étape dure 20 min et compte pour un coefficient 5.

Vous aurez également à effectuer des tests psychotechniques et un entretien avec un psychologue. Les résultats servent à évaluer votre capacité à exercer le métier de gardien de prison.

Enfin, la dernière étape est une épreuve physique.

Pour les femmes, il s’agit de :

        • Une course de vitesse de 60 mètres
        • Une course de demi-fond de 400 mètres
        • Un lancer de poids de 3 kg

Pour les hommes, les exercices sont les suivants :

        • Une course de vitesse de 80 mètres
        • Une course de demi-fond de 1000 mètres
        • Un lancer de poids de 5 kg

La note attribuée pour l’ensemble de cette épreuve physique compte pour un coefficient 2. Attention, le jour du concours, vous ne pourrez participer à l’épreuve physique que si vous disposez d’un certificat médical.

  • Les conditions d’accès au concours de surveillant pénitentiaire

Comme tous les concours de la fonction publique, vous devez impérativement être de nationalité française ou ressortissant européen pour pouvoir vous y inscrire. Vous devez bien entendu jouir de vos droits civiques et ne pas posséder de bulletin n°2 du casier judiciaire qui serait incompatible avec l’exercice du métier de surveillant. Vous devez également posséder un diplôme de niveau V (tel que le brevet des collèges) et être âgé, au minimum de 19 ans et de 42 ans, au maximum. Il faut aussi que vous vous trouviez en position régulière vis-à-vis du code du service national.

En ce qui concerne vos capacités physiques, il faut bien entendu que vous soyez en bonne forme. Mais vous devez également mesurer, au minimum 1 mètre 60 et avoir une bonne vue.

S’inscrire au concours de surveillant pénitentiaire est un véritable choix de vie. Comme vous avez pu le remarquer, les épreuves demandent une bonne préparation physique et mentale. Elles ne sont cependant pas insurmontables.

Surveillant pénitentiaire – Le métier

Surveillant Pénitentiaire

Fonction Publique d'Etat

Découvrir le métier de surveillant pénitentiaire

Travaillant pour le ministère de la Justice, le surveillant pénitentiaire est engagé pour maintenir l’ordre dans une prison. En pensant à ce métier, nous avons bien souvent une image très négative, froide, voire très rude de ce travail. Mais être surveillant pénitentiaire, ce n’est pas seulement être un gros dur qui veille à ce que les détenus marchent droit. Les missions sont nombreuses et les qualités nécessaires à l’exercice de ces fonctions aussi !

  • Les missions du surveillant pénitentiaire

Le travail du surveillant pénitentiaire est d’encadrer et d’accompagner les détenus, de jour comme de nuit. Il s’agit donc bien plus qu’un simple poste de surveillance. Le surveillant pénitentiaire va, par exemple, s’assurer de préserver le calme au sein de la prison. Il peut aussi apporter les plateaux repas aux prisonniers et inspecter leurs cellules. C’est aussi à lui d’assurer la sécurité du personnel et des détenus. Le surveillant est responsable de l’ouverture et de la fermeture des cellules, des sorties à l’extérieur. Il doit également vérifier l’état des barreaux et écouter les requêtes des prisonniers. De plus, son travail consiste à aider les détenus à réaliser leurs démarches administratives. Le surveillant pénitentiaire doit aussi les conseiller sur les activités accessibles au sein de la prison et animer d’éventuelles activités culturelles ou sportives. Enfin, il peut être amené à assurer le transport de certains détenus pour une audience au tribunal, par exemple. Vous l’aurez compris, le travail de surveillant pénitentiaire est bien plus varié qu’on ne pourrait l’imaginer.

  • Les qualités d’un bon surveillant pénitentiaire

La première qualité indispensable à laquelle on pense généralement en parlant du métier de surveillant pénitentiaire est savoir faire preuve de sang-froid. En effet, les tensions sont parfois nombreuses en prison, un bon surveillant doit pouvoir les gérer et les apaiser pour que cela ne tourne pas à l’affrontement perpétuel. Il doit également savoir faire preuve de psychologie face aux comportements violents. Aussi, il est important qu’un gardien de prison dégage une certaine autorité. Les règles ne sont pas toujours simples à faire appliquer, il faut donc savoir faire respecter le règlement en étant sûr de soi tout en restant humble. Pour l’accompagnement des détenus, un bon sens de l’écoute et une impartialité sont également des qualités très importantes.

Ce métier, en plus des qualités que nous venons de nommer, demande une bonne condition physique. Il faut aussi mesurer, au minimum, 1 mètre 60 et posséder une bonne vue, sans parler de votre capacité à alterner entre travail de nuit et de jour. Vous vous en doutez certainement, le poste de surveillant pénitentiaire demande de pratiquer régulièrement une activité physique afin de se maintenir en forme. Par ailleurs, il faudra avoir moins de 42 ans et être en bonne santé mentale pour pouvoir vous inscrire à ce concours.

Devenir surveillant pénitentiaire n’est pas donné à tout le monde. Outre les capacités physiques nécessaires, il faut aussi posséder de nombreuses qualités et un sang-froid à toute épreuve. Cependant, ce métier est aussi très enrichissant. Si vous vous êtes reconnu dans le portrait du gardien idéal que nous venons de dresser, il est fort probable que vous vous épanouissiez en exerçant ces fonctions.

Quelles sont les missions de la police nationale ?

La Police Nationale

Fonction Publique d'Etat

Les missions de la police nationale

Étant la première force de sécurité de ce pays, la police nationale possède de nombreuses missions. Elles touchent différents domaines et dépendent des nombreuses directions telles que : l’inspection générale de la police nationale, la direction centrale de la police aux frontières, etc. Pour connaître toutes les missions de la police nationale, les voici classées par catégories.

  • Les missions de sécurité de la police nationale

Quand vous pensez à la police nationale, c’est généralement cette première catégorie qui vous vient en tête. Il s’agit pour nos policiers d’assurer la sécurité des personnes, des biens et des institutions. Cette mission a un but répressif et préventif. Pour la mener à bien, les tâches qui incombent à la police nationale sont :

  • L’accueil du public dans ses locaux
  • La prise en charge des victimes
  • La réception des appels d’urgence
  • La surveillance de la voie publique
  • La gestion de l’ordre public

Avec l’aide des compagnies républicaines de sécurité (les CRS), la police nationale doit réussir à maintenir l’ordre sur la voie publique et lors de rassemblements. Cela comprend aussi bien la surveillance des manifestations pour éviter toute dégradation, que la libération de lieux publics occupés sans autorisation, par exemple.

  • La mission d’investigation

Cette mission concerne les officiers de police judiciaire. Il s’agit de constater les infractions et d’enquêter pour retrouver des éléments de preuve nécessaires au rétablissement de la vérité. Les domaines d’applications sont très variés : atteinte aux personnes, productions de faux documents, cybercriminalité, etc.

  • Les responsabilités de la police scientifique et technique

La police nationale possède une branche technique et scientifique. Celle-ci a pour mission de réaliser des analyses pour des scènes de crimes ou des infractions en tout genre. On y retrouve par exemple, les analyses balistiques, les recherches sur des départs d’incendies ou encore la toxicologie. C’est aussi à cette branche de la police de gérer les grands fichiers nationaux comprenant les empreintes digitales et l’ADN des personnes fichées.

  • Les missions de renseignements et d’information

Une des missions de la police nationale est aussi de chercher des renseignements et de s’informer des possibles attaques que pourraient subir notre pays. Grâce aux services de renseignements, il est possible de déceler et de prévenir toute menace avant qu’elle ne soit mise à exécution.

  • La sécurité de nos frontières

La police nationale doit contrôler le flux migratoire et empêcher l’immigration irrégulière. Les policiers qui ont cette mission travaillent principalement aux frontières, ainsi que dans les aéroports et les ports. Liée à cette première mission, ils doivent aussi lutter contre le travail illégal de personnes sans titre de séjour.

  • Les missions de contrôle interne

Cette mission de contrôle interne est exercée par la police des polices. Elle permet de veiller au bon fonctionnement des services de police et d’en augmenter leur efficacité. Aussi, en cas de dysfonctionnement d’un service ou d’infractions commises par certains agents, des enquêtes internes sont menées.

  • Les missions internationales de la police nationale

La coopération internationale permet la mise en application de la politique étrangère de la France. Aussi, grâce à des services de sécurité intérieure implantée dans 150 pays, sa mission est d’exporter le savoir-faire de la police française.

Vous l’aurez remarqué, les missions de la police nationale couvrent des domaines très variés. Avec près de 140 000 agents sur tout le territoire, ce n’est pas vraiment surprenant qu’elle ait autant de responsabilités. Si vous êtes intéressé par une carrière au sein de la police nationale, pensez à vous préparer au concours d’entrée. Ainsi, vous rejoindrez la plus grande force de sécurité française.

Qu’est-ce que la police nationale ?

La Police Nationale

Fonction Publique d'état

Qu’est-ce que la police nationale ?

En France, la police nationale dépend du ministère de l’Intérieur. Les policiers sont donc des fonctionnaires de l’État. Ses principales missions sont de maintenir l’ordre et de garantir les libertés et la sécurité des Français. Au total, ce sont près de 140 000 personnes qui travaillent pour la police nationale. Ce chiffre comprend tous les policiers qui sont sur le terrain, mais aussi toutes les professions administratives, techniques, scientifiques ou autres.

  • L’organisation de la police nationale

La direction générale de la police nationale fait partie du ministère de l’Intérieur. Elle comprend plusieurs services qui ont chacun des fonctions différentes. Il en existe neuf.

      • Le RAID (recherche, aide, intervention et dissuasion) est l’unité d’élite de la police nationale. Elle lutte contre le grand banditisme et les crimes. C’est donc souvent cette unité qui intervient lors d’évènements graves et dangereux pour neutraliser les criminels.
      • L’unité de coordination de la lutte antiterroriste a pour mission d’estimer le risque d’attaque terroriste en France.
      • La mission de lutte antidrogue a pour objectif de lutter contre le trafic et l’usage de drogue.
      • La délégation aux victimes doit améliorer et assurer les prises en charge des victimes après des accidents, attaques ou attentats.
      • Le service historique organise les recherches historiques au sein même de la police nationale et est chargée de la conservation de ces éléments du patrimoine.
      • L’unité des grands évènements est chargée, comme son nom l’indique, de la sécurité lors de grands évènements, qu’ils soient publics ou non.
      • L’unité de coordination de la sécurité dans les transports en commun coordonne l’ensemble des services de sécurité liés aux transports en commun. Cela comprend donc l’ensemble des services de police, de gendarmerie et les agents de sécurité de la SNCF ou RATP.
      • Le service de veille opérationnelle est en lien avec le directeur général de la police nationale et le ministre de l’intérieur. Son travail est de leur transmettre les informations et d’activer l’état de crise, si besoin.
      • Le service d’information et de communication gère la communication interne et externe de la police nationale.
  • Les missions de la police nationale

Après ce que nous venons de voir, vous vous doutez que les missions de la police nationale sont nombreuses. Elles se regroupent pourtant en cinq catégories.

      • Assurer la sécurité dans le pays, cela comprend la sécurité des personnes, des institutions et des biens.
      • Protéger le pays de possibles attaques et du terrorisme
      • Lutter contre la criminalité, la drogue et le grand banditisme : dans le cadre de cette action, la police nationale est amenée à collaborer avec la gendarmerie, la douane et le fisc.
      • Maintenir l’ordre public aussi bien dans les lieux publics que dans les zones difficiles ou encore, sur les routes.
      • Contrôler le flux migratoire en vérifiant les entrées sur le territoire d’étrangers sans titre mais aussi éradiquer le travail clandestin.

Vous l’aurez compris, la police nationale est une grande institution dont les missions sont nombreuses et variées. En effet, selon le service dans lequel vous pourriez être amené à exercer, votre travail ne sera pas du tout le même. C’est une force pour tous ceux qui veulent postuler au concours d’entrée de la police nationale. Quelle que soit votre spécialisation, vous trouverez sans aucun doute un service de police qui vous corresponde.

ASVP : agent de surveillance de la voie publique

ASVP

Fonction Publique Territoriale

L’agent de surveillance de la voie publique

ASVP

Autrement appelé ASVP, l’agent de surveillance de la voie publique fait généralement partie d’une police municipale. Sa principale mission est de constater et verbaliser les infractions à différents codes, tel que le code de la route.

Pour devenir ASVP, vous devez passer un concours de catégorie C afin d’intégrer la fonction publique territoriale. Découvrons maintenant les missions et les caractéristiques d’un bon agent.

  • Les missions de l’agent de surveillance de la voie publique

L’ASVP exerce son métier sur la voie publique. Ses compétences sont celles de la police judiciaire, en ce qui concerne la surveillance. Aussi, il a un rôle de prévention au sujet des règles de sécurité et de salubrité publique.

Ses missions sont les suivantes :

      • Constatation d’infractions au code de la route, suivie d’une verbalisation : l’ASVP est également compétent au sujet du code du transport, du code des assurances et du code de l’environnement
      • Recherche et constatation des infractions aux règles relatives aux nuisances sonores
      • Constatation sur la police de la publicité et des enseignes
      • Constatation du non-respect des règlements sanitaires relatifs à la voie et à la propreté des lieux publics, et rédaction des contraventions
      • Constatation du non-respect des arrêtés concernant la circulation, le stationnement et l’arrêt dans les cours des gares, et rédaction des contraventions
      • Participation à la surveillance autour des écoles et lors des évènements publics
      • Rédaction des contraventions liées au code de la route, à l’arrêt et au stationnement des véhicules
      • Constatation et rédaction de contravention en cas de défaut d’assurance pour les véhicules
      • Arrestation des auteurs de délits lorsque l’agent de surveillance de la voie publique en est témoin.
  • Les caractéristiques d’un bon agent de surveillance de la voie publique

Pour être un bon agent de surveillance de la voie publique, il faut avant tout très bien connaître la règlementation et les pouvoirs du maire. Aussi, il est impératif pour l’ASVP de posséder le permis B pour patrouiller. La maîtrise de l’outil informatique est indispensable pour l’utilisation des logiciels de la police municipale et pour travailler conjointement avec le maire et la police judiciaire.

Un bon agent de surveillance de la voie publique se doit bien sûr de savoir relever les identités et les infractions. Il doit être capable de constituer des dossiers, de rédiger des rapports et de dresser des procès-verbaux puis de les transmettre aux personnes concernées. L’ASVP doit aussi être une personne en qui les habitants ont confiance et qui sait dialoguer, ce sont des qualités indispensables.

Enfin, l’agent de surveillance doit être une personne ponctuelle, autonome et qui aime prendre des initiatives (à bon escient). Une bonne condition physique est bien sûr indispensable étant donné qu’une grande partie des missions s’effectuent en extérieur.

Vous l’aurez remarqué, l’agent de surveillance de la voie publique est un acteur incontournable de la vie d’une commune. Au plus proche de la population, c’est lui qui gère les petits conflits du quotidien. Si vous pensez être fait pour ce métier, lancez-vous.